Nous  commencions  a subir les rigueur de la guerre .Heureusement mes parents m'hébergeaient pendant que mon mari était muté  a la base de Salon, il venait  chaque  week-end nous rejoindre.

  Il  était là en attente  , il  y  avait  des pilotes mais il n'y avait pas d'avions, il ne faisait pratiquement rien

  En septembre  1943, les Italiens ont envahi la zone sud de la France , tous les militaires ont quitté la base et ont été affectés a la base de Limoges où ils ont été regroupés

   Les denrées alimentaires  commençaient  a se faire rares , nous avions les cartes  d'alimentation et il fallait aller faire la queue pour les aliments de première nécessité .Heureusement  mon père  cultivait  son petit jardin qui nous apportait  un plus.

  J'étais toujours chez mes parents avec mon fils de 3 ans . Presque chaque jour nous avions des alertes de bombardement, mais ce n'était que des alertes jusqu'au 27 mai 1944 , au moment où on ne s'y attendait pas.

    L'alerte de ce jour là s'est transformée en un violent bombardement.Une  formation de bombardiers  a survolé  Avignon, et un tapis de bombes   dans un bruit infernal a  déchiré le ciel.
Maman, mon fils et moi  étions  réfugiés  au fond du jardin, couchés a terre, pensant  être protégés. Nous avions peur et quand la fin de l'alerte a sonné nous avons  réalisé que nous étions en vie , mais un boulevard plus loin  il y avait quelques maisons détruites.

   Le but des avions était de détruire le dépôt de machines de la S.N.C.F. mais ils ont plutôt bombardé a côté  . Les dégâts  autour d'Avignon  étaient assez importants. Par la suite l'aviation Anglaise qui venait en piqué bombarder la population, croyant tirer sur les Allemands

    Quand l'alerte sonnait dans la nuit , j'avais la voiture d"enfant qui était toujours prête avec des couvertures, de l'argent  et les papiers d'identité, nous partions nous réfugier dans les champs
et nous revenions nous coucher après l'alerte.

   Comme mon mari était a la base de Limoges , je suis allée vivre avec mon fils chez ma belle mère dans le Lot et Garonne, ce qui me rapprochais de Limoges, cette région était plus calme.

                                                                                                              suite.......